Le tigre

Le tigre

TIGRE

FASCINANT : voilà le mot qui définit sans doute le mieux ce splendide animal. Pourtant en un siècle, suite à la déforestation et à d’importantes campagnes de chasse, la population est passée de 100 000 individus à moins de 5000, et 3 sous espèces parmi les 9 ont disparus.


Qui est-il ?

Reconnaissable entre tous par son pelage orangé strié de noir lui offrant un camouflage idéal et une carte d’identité unique, le tigre est le plus gros des félins avec le lion. Néanmoins de grandes variations existent puisque les tigres indiens (Panthera tigris tigris) peuvent dé- passer les 250 kg quand le « petit » tigre de Sumatra (Panthera tigris sumatrae) dépassera tout juste les 100 kg, et le tigre de Sibérie 200 kg. Comme la majorité des félins c’est un animal puissant, rapide, doté d’une mâchoire typique de carnivore avec des canines imposantes (jusqu’à 10 cm). Les griffes sont rétractables et la langue râpeuse. La femelle donne naissance à 2 ou 3 petits après 103 jours de gestation et les petits pèsent tout juste 1 kilo. Ils resteront un peu plus de 2 ans avec leur mère, ne commençant à chasser seuls qu’à partir de 18 mois.

Mangeur d’hommes ?

Bien que le tigre évite généralement l’homme, il est parfois (bien que rarement), responsable d’attaques directes meurtrières.
Le nombre des « mangeurs d’hommes » diminue en raison de la régression générale des effectifs, un petit nombre de ces félins n’en reste pas moins dangereux pour l’homme.
Pourtant, cet état de fait est souvent imputable aux activités humaines : la détérioration de son habitat, constamment violé par le passage des hommes, force le tigre à des confrontations plus
fréquentes avec les humains et provoque chez lui des comportements anormaux. Dans l’Inde surpeuplée, le tigre dispose d’un territoire de 6 à 20 fois inférieur à son espace vital optimal.
Les « mangeurs d’hommes » sévissent souvent aux bordures dégradées des forêts, près du Parc National Dudhwa, ou à l’embouchure du Gange et dans la mangrove de Sunderbans.
À Sunderbans, les pêcheurs portent un masque à l’arrière de la tête pour faire croire au tigre qu’on lui fait face, car on dit que le tigre n’attaque que par derrière.

LE TIGRE A BEAUCOUP SOUFFERT DE LA CHASSE
Au XIXe siècle, les maharadjahs indiens chassaient le tigre avec un important cortège d’éléphants.
Les rabatteurs faisaient résonner leurs tambours, criaient et tiraient des coups de feu en l’air pour faire sortir les fauves et les rabattre à portée de fusil du prince. Les hauts fonctionnaires européens résidant en Asie organisaient eux aussi de vastes carnages. Perchés bien à l’abri au sommet de tourelles, ils suivaient des yeux la chasse à l’affût des indigènes armés seulement de sabres et de poignards, et rachetaient ensuite les peaux et les trophées des animaux tués.

De nos jours, il continue d’être persécuté par les éleveurs, et souffre de la disparition de son habitat. Mais c’est surtout pour le trafic de sa fourrure et de ses organes (utilisés dans la pharmacopée traditionnelle asiatique) qu’il est tué.

PROTÉGER LE TIGRE AUJOURD’HUI C’EST :
faire cesser les trafics et braconnages, délimiter des zones « sanctuaires » pour les tigres qui garantissent aussi la sécurité des hommes et femmes qui y vivent, sensibiliser l’opinion à leur sort et maintenir des populations viables et autonomes en parcs zoologiques.

LE SORT DU TIGRE EST MAINTENANT ENTRE NOS MAINS : UNISSONS NOUS POUR LE PROTÉGER !

Comment vit-il ?

C’est un chasseur solitaire qui utilise l’affût comme technique de chasse. Capable de dévorer 18 kg en une seule fois, il a souvent tendance à cacher sa proie parfois imposante (cerfs, bovins, sangliers) et à la consommer sur plusieurs jours. Entre deux chasses les tigres peuvent rester une semaine sans manger.

Mythologie
Objet d’un véritable culte, son effigie est indissociable des dieux. Elle orne les murs et
objets des civilisations asiatiques de la vallée de l’Indus aux chambres funéraires royales
de Chine. Une valeur magique était conférée à certains des organes du tigre : manger
son foie était censé transmettre courage et ténacité
; sa graisse, réputée aphrodisiaque, était aussi employée contre les rhumatismes ; ses clavicules étaient recherchées en tant que porte-bonheur et ses griffes étaient montées en fétiches. Et enfin, ses moustaches, réduites en poudre, étaient utilisées comme poison.

En l’an 19 avant J.-C., l’ambassadeur d’Inde en offre un splendide spécimen à l’empereur Auguste, le tigre, très prisé des Romains, apparaît en «vedette» dans les jeux des arènes.

Ordre : Carnivore
Famille : Fselidae
Régime : Carnivore

Où vit-il ?

Il occupe de vastes territoires, parfois supérieurs à 500 km², qu’il délimite par des marquages olfactifs puissants (mélange d’urine et de sécrétions) ainsi que par d’imposantes griffures sur les troncs des arbres.
Ses terrains de prédilection sont les zones boisées (savanes ou forêts). Néanmoins toutes ces zones ne sont que les reliques de territoires beaucoup plus vastes au siècle dernier.
carte-tigre

Taille réelle de la patte
Chercher le tigre

Vrai ou faux


2 tigres frères ont-ils les mêmes rayures?
Réponse : Faux
 

Réservez en ligne et économisez sur vos billets d’entrée !

Réserver →

Parc zoologique & Château de la Bourbansais

Parc zoologique & Château de la Bourbansais
La Bourbansais
35720 | Pleugueneuc | Bretagne | France

Tél : 02 99 69 40 07
Fax : 02 99 69 49 65
Email : contact@labourbansais.com

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :

logo-footer