Le Marabout d’ Afrique

Le Marabout d’Afrique

marabout

Le sac gulaire… SES RÔLES ÉVENTUELS !
Cette poche membraneuse dilatable qui pend sur la gorge sert à priori de stockage temporaire de nourriture. Elle peut aussi servir d’attribut gonflant durant la parade nuptiale. Ou encore de coussin pour supporter le poids de son gros bec


Qui est-il ?

Ce vieux « monsieur chauve » est en fait une très grande cigogne avec un cou sans plumes et une poche proéminente. Grand (1.5m de haut et 3 m d’envergure), élancé, il possède en outre un bec long, puissant ainsi qu’une excellente vision. Au sol, les marabouts adoptent une posture très caractéristique : debout avec la tête rentrée dans les épaules ou assis sur les tarses. L’espérance de vie semble être de 25 ans au cours de laquelle les couples produiront à partir de 5 ans, 2 à 3 œufs par an, à la saison sèche. À cette période, les niveaux d’eau sont bas, beaucoup d’animaux meurent et les petits poissons sont faciles à attraper ! La population du marabout d’Afrique n’est heureusement pas trop menacée à l’inverse de son cousin asiatique (Leptoptilos dubius) devenu très rare.

Voyageons un peu

LA GAMBIE forme une quasi enclave dans le Sénégal. Son petit territoire se limite à une bande de terre de 20 à 50 km situé de part et d’autre du fleuve Gambie qui coule au Sénégal. Pays plat, (maximum 55m d’altitude), possédant une population de 1.5 millions d’habitants, la capitale est Banjul , la langue officielle l’anglais, contrairement au Sénégal voisin, francophone. Cette ancienne colonie britannique a dû constamment depuis son indépendance en 1965 résister à la volonté d’unification de son voisin sénégalais, dont elle dépend étroitement. Sur le plan de l’écologique le fleuve Gambie offre une richesse importante et les zones humides favorisent la biodiversité . Les marabouts comme nombre d’oiseaux y trouvent refuge et nourriture.

Comment vit-il ?

Opportunistes, ces oiseaux aiment suivre les grands troupeaux d’herbivores ou fréquenter les zones urbaines. Ils n’hésitent alors pas à installer leur nid de branches sur les toits de bâtiments ou dans les grands arbres, parfois à côté d’autres espèces d’oiseaux. En outre les marabouts peuvent chasser de façon solitaire dans l’eau ou à terre les petits oiseaux, les amphibiens, les petits mammifères et les reptiles ou se regrouper autour d’une carcasse, en compétition avec les vautours, même si la forme du bec leur interdit de casser et gratter les os. Ils participent alors au nettoyage de la savane et limitent ainsi la propagation de maladies. Sa tête et son cou déplumés lui permettent d’enfoncer profondément le bec dans les entrailles des carcasses sans se souiller les plumes. Même s’ils nichent en colonies, les marabouts sont monogames et les parades sont assez démonstratives : ailes écartées, cou en arrière, claquement du bec, poche rose, nuque bleue, plumes blanches ressemblant à du coton. Finalement il serait presque beau le marabout !

Ordre : Ciconiformes
Famille : Ciconiidae

marabout

Où vit-il ?

Les marabouts occupent une vaste zone située entre le désert du Sahara et l’Afrique du sud. Capables de vivre dans les savanes sèches, ils restent néanmoins des échassiers aimant chasser et pêcher dans les zones humides comme les lacs, les bords de rivière, ou les côtes.

Jeu


Prononce clairement le nom scientifique du marabout d’Afrique : LEPTOPTILOS CRUMENIFERUS !

Réservez en ligne et économisez sur vos billets d’entrée !

Réserver →

Parc zoologique & Château de la Bourbansais

Parc zoologique & Château de la Bourbansais
La Bourbansais
35720 | Pleugueneuc | Bretagne | France

Tél : 02 99 69 40 07
Fax : 02 99 69 49 65
Email : contact@labourbansais.com

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :

logo-footer